Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

La fausse conversion du ministre de l’Agriculture

Agriculture : la fausse stupéfaction du socialiste Éric ANDRIEU

14 Mai La fausse conversion du ministre de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, se serait-il subitement converti aux idées du RN ? Des naïfs pourraient se poser la question après avoir écouté son audition du 13 mai par la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale, à laquelle j’étais invité.

Monsieur Guillaume a en effet vivement critiqué les accords de libre-échange négociés par l’UE avec le Mexique, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, qui vont achever de ruiner l’ensemble de nos éleveurs bovins et la plupart de nos agriculteurs. A ma question de savoir s’il s’engageait réellement, avec le président Macron, à “barrer la route” à ces accords, il s’est toutefois légèrement emporté, afin de dissimuler son embarras sous ses éclats de voix.

De façon encore plus spectaculaire, il a également dénoncé “l’immobilisme” de la Commission de Bruxelles, en utilisant une argumentation qui reprenait étrangement la plupart des griefs que j’avais exposés, au nom du RN, dans mon communiqué de presse du 4 mai intitulé “L’UE abandonne nos agriculteurs !” Mais quand je lui ai demandé s’il ne pensait pas que le nouveau programme européen “farm to fork” (“de la ferme à la fourchette”) allait faire peser de nouvelles contraintes, non compensées par des aides financières, sur nos agriculteurs, il s’est subitement défait de son costume eurosceptique pour me réprimander et chanter les louanges de l’UE et de son programme !

La conversion de Monsieur Guillaume aux idées du RN n’est donc qu’un leurre destiné à tenter de calmer la colère des agriculteurs. Mais à l’heure où chacun commence à faire le sinistre bilan des années Macron, elle ne trompe personne, et surtout pas les agriculteurs eux-mêmes qui savent désormais à quoi s’en tenir.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.