Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

En Bretagne, Marion bat Valls par KO

01 Mar En Bretagne, Marion bat Valls par KO

Communiqué de presse

Marion Maréchal-Le Pen et Manuel Valls ont tous les deux décidé de venir en Ille-et-Vilaine soutenir leurs candidats aux départementales.

A Betton près de Rennes, vendredi 27 février, le Premier ministre a peiné à réunir 500 personnes. Il s’était pourtant fait escorter par trois ministres, et non des moindres : les ministres de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, de la Défense Jean-Yves Le Drian, et de l’Agriculture Stéphane Le Foll. Et l’entrée était gratuite. Mais compte tenu du niveau d’impopularité atteint par le PS, il aurait probablement fallu payer les gens pour qu’ils acceptent d’envisager de venir.

A Saint-Malo, samedi 21 février, notre plus jeune députée de France a attiré plus de 600 personnes. L’entrée était pourtant payante (10 euros, accès au buffet inclus, pour nous aider à payer les frais de location de la salle). Et son escorte n’était assurée (en dehors évidemment de nos vaillants DPS) que par le député européen de la circonscription Ouest (moi !) et les secrétaires départementaux des environs (les quatre de Bretagne et ceux du Calvados, de la Manche, et de la Mayenne). Mais le FN a le vent en poupe : en Bretagne comme partout en France, il incarne désormais l’avenir de la nation.

Cerise sur le gâteau : Valls a eu droit à deux manifestations d’opposants (extrême-gauche et “Manif pour tous”) qu’il a fait réprimer par les CRS, quand Marion n’a été “accueillie” que par une poignée de manifestants “anti-fa” qu’on a laissé faire (puisque manifester sans violence est un droit auquel on tient !).

Entre un Valls vociférant et une Marion rayonnante, les Bretons ont fait sans hésitation le choix du coeur et de la raison. En attendant qu’en 2017 le peuple français en fasse autant en se détournant de François Hollande pour se rallier à Marine Le Pen.

 

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.