Suivez-nous
Twitter


Facebook

La repentance l’emporte sur la grandeur de la France

11 Mai La repentance l’emporte sur la grandeur de la France

Communiqué de presse de Gilles Lebreton

L’Histoire retiendra que le 9 mai 2015, François Hollande a préféré s’incliner sur la tombe d’Aimé Césaire en Martinique, plutôt que de participer à Moscou à la commémoration du 70ème anniversaire de la victoire des Alliés sur le nazisme.

Avec 25 millions de morts, les Russes ont pourtant chèrement payé leur participation à l’anéantissement du régime nazi. Il aurait été décent que le président de la République française s’en souvienne, et qu’il aille à Moscou leur rendre hommage.
Accessoirement, cela lui aurait aussi permis de constater que Vladimir Poutine n’est pas l’affreux despote que les Etats-Unis et l’Union européenne se plaisent à caricaturer, mais un chef d’Etat qui jouit dans son pays d’une réelle légitimité démocratique. Pour preuve, 300 000 personnes ont assisté à la commémoration, ce qui en a fait un succès populaire incontestable.

Une fois de plus, François Hollande n’a pas été à la hauteur de la situation. A la grandeur de la France, il a préféré la repentance. Il faut en effet rappeler qu’Aimé Césaire a osé comparer, dans son célèbre “Discours sur le colonialisme”, le colonialisme français au nazisme ! S’incliner devant sa tombe, quand on est chef d’Etat, a donc une signification politique : le geste n’est pas un simple hommage au poète, il est une consécration officielle de cette terrible comparaison dont on voit pourtant le caractère excessif et insultant.Et pendant ce temps-là, Vladimir Poutine a fait honneur à la Russie en remerciant la France libre du général de Gaulle d’avoir lutté contre le nazisme. Le 9 mai 2015, c’est lui, et non François Hollande, qui a rendu hommage à la grandeur de la France.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.