Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Le lion qui cache la forêt

04 Août Le lion qui cache la forêt

Communiqué de presse

La mort du lion Cecil, abattu pour 50 000 dollars par un chasseur américain au Zimbabwe, a suscité une grande émotion qui cache l’essentiel : la situation catastrophique de cet Etat africain.

Dirigé depuis 1987 par le sinistre Robert Mugabe, le Zimbabwe (ex-Rhodésie) s’est enfoncé dans la misère : 72% de la population y vit sous le seuil de pauvreté, et l’espérance de vie n’y est que de 52 ans. En 2014, il a même été classé par l’ONU 172è sur 187 dans la liste des pays par indice de développement humain.

L’une des causes de cette situation est la réforme agraire décidée en 2000 par Mugabe, qui a exproprié sans indemnisation les fermiers blancs et provoqué l’exode des Blancs. La Cour suprême du Zimbabwe a courageusement dénoncé l’inconstitutionnalité de cette réforme, mais sa résistance a été brisée par Mugabe qui a poussé ses juges à la démission. Par cette politique raciste, le pays s’est ainsi privé de la compétence de personnes expérimentées qui auraient pu contribuer à former les nouvelles générations.

Et voilà comment aujourd’hui, parvenu au bout de la misère, ce pays en est arrivé à laisser tuer ses lions pour de l’argent.

 

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.