Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Haro sur Marine Le Pen !

23 Déc Haro sur Marine Le Pen !

Marine Le Pen “pèse” aujourd’hui 6 millions 820 000 voix. Tous les sondages lui assurent une qualification pour le second tour des élections présidentielles en 2017. Et sa popularité s’accroît à une telle vitesse que le Système n’est plus certain de l’empêcher de conquérir la présidence de la République.

Le tir de barrage médiatique, orchestré par Manuel Valls, ne l’a pas empêchée de dépasser 42% des voix aux régionales. Treize ans plus tôt, aux présidentielles de 2002, le même procédé avait scotché Jean-Marie Le Pen à 18% des voix. On mesure la différence.

Alors, puisqu’il ne semble plus possible d’arrêter Marine Le Pen par la voie électorale, le Système explore plus que jamais la voie judiciaire à son encontre.

A peine Marine Le Pen a-t-elle été relaxée par le TGI de Lyon, le 15 décembre, pour ses propos sur les prières de rue, comparées à une forme d'”occupation” du territoire français, que deux nouvelles “affaires” ont été lancées. La première, dès le 16 décembre, a été déclenchée par le parquet de Nanterre, qui a ouvert une enquête préliminaire contre elle pour “diffusion d’images violentes”, à savoir trois tweets montrant les atrocités commises par Daech. Et la seconde vient d’être initiée, le 21 décembre, par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, qui a saisi contre elle le parquet national financier au motif qu’elle aurait sous-évalué son patrimoine immobilier.

Ces deux affaires ne semblent pas très sérieuses, pas plus que ne semblent sérieuses les accusations plus anciennes pesant sur le système de financement des candidats frontistes aux élections législatives de 2012, et sur l’emprunt de 9 millions d’euros souscrit en septembre 2014 par le FN auprès d’une banque tchéco-russe, deux opérations effectuées en toute transparence.

De toute évidence, l’objectif est de trouver coûte que coûte un motif pour prononcer l’inégibilité de Marine Le Pen, ou tout au moins pour la décrédibiliser auprès des électeurs.

Ces péripéties ne sont rien au regard des périls qui menacent notre pays, à commencer par le terrorisme islamiste et la perte de notre identité nationale. Elles ne doivent donc pas nous détourner de l’essentiel, qui est d’aider Marine Le Pen à poursuivre sa formidable marche en avant au service de la France. Car comme le disait le général de Gaulle, “face aux grands périls, le salut n’est que dans la grandeur“.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.