Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Discours d’espoir de Reuven Rivlin, Président de l’État d’Israël

22 Juin Discours d’espoir de Reuven Rivlin, Président de l’État d’Israël

Communiqué de Gilles Lebreton :

Le Président de l’État d’Israël, Reuven Rivlin, a fait à Bruxelles, devant le Parlement européen le 22 juin, un beau discours sur les relations entre la Palestine et son pays.

Il a expliqué que trois raisons compromettent l’instauration de relations apaisées entre Israël et la Palestine. D’abord le fait qu’il y ait deux autorités rivales en Palestine, l’Autorité nationale palestinienne en Cisjordanie, et le Hamas à Gaza, ce qui complique d’autant plus le dialogue que l’une des deux – le Hamas – est ouvertement hostile à l’existence même d’Israël. Ensuite la situation de chaos qui règne actuellement au Moyen-Orient, notamment en Syrie. Enfin le manque de confiance qui existe entre les peuples israélien et palestinien.

À partir de ce constat réaliste, le Président Israélien appelle son pays à prendre quatre séries de mesures pour améliorer ses relations avec la Palestine afin de préparer une paix durable :

1) Travailler contre les islamistes extrémistes avec les États modérés que sont la Jordanie et l’Égypte.

2) Développer l’économie palestinienne pour accroître la qualité de vie des Palestiniens.

3) Investir dans des projets communs avec la Palestine, notamment en matière d’écologie, d’énergies renouvelables et de tourisme.

4) Inciter au respect mutuel des deux peuples, contre la peur et la haine, par l’éducation.

C’est un beau discours d’espoir qu’a prononcé Monsieur Rivlin. Il faut espérer que son propre gouvernement l’entendra. Quoi qu’il en soit, les eurodéputés FN présents l’ont applaudi, sensibles à ses accents de sincérité, et aussi pour honorer la hauteur de vue d’un chef d’État qui, contrairement à beaucoup d’autres qui ont défilé à Bruxelles ou Strasbourg, ne s’est pas senti obligé de faire plaisir aux eurocrates en attaquant les « populistes ».

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.