Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Un point de vue différent sur Michel Rocard

03 Juil Un point de vue différent sur Michel Rocard

Michel Rocard est mort. Les hommages vont bon train. Premier ministre de François Mitterrand de 1988 à 1991, l’homme jouissait (au moins officiellement) d’une image flatteuse dans le petit monde politico-médiatique.

Quelles qu’aient été ses qualités personnelles, que je ne conteste pas, je rappelle toutefois que certains de ses choix politiques ont été critiquables.

Il n’a eu ainsi de cesse de soutenir l’intégration de la France dans l’Union européenne, au détriment de la souveraineté nationale. Concrètement, il s’est prononcé pour le traité de Maastricht et la création de l’euro en 1992, et pour la Constitution européenne en 2005. Très récemment, il réclamait encore une “souveraineté unique européenne”.

Face au déferlement migratoire, il aura eu certes le mérite d’affirmer dès 1989 que “la France ne peut accueillir toute la misère du monde”. Mais cette phrase lui ayant été reprochée par les bien-pensants, il reculera ensuite en précisant en 2009 que “la France et l’Europe peuvent et doivent accueillir toute la part qui leur revient de la misère du monde”.

Au bout du compte, Michel Rocard aura peut-être été un rêveur, comme l’affirme François Hollande, mais sûrement pas un “rêveur réaliste”.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.