Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

VICTOIRE DU RN DANS L’AFFAIRE DES COMMISSAIRES FANTÔMES

16 Sep VICTOIRE DU RN DANS L’AFFAIRE DES COMMISSAIRES FANTÔMES

                Les deux commissaires estonien et roumain ayant été élus députés européens en mai 2019, ils ont logiquement quitté leurs fonctions. Leurs États, l’Estonie et la Roumanie, leur ont étonnamment désigné des successeurs en juillet pour siéger dans la Commission Juncker jusqu’au 1er novembre, alors même que Jean-Claude Juncker avait avoué qu’il n’aurait aucun travail ni aucun portefeuille à leur confier.

                Pour entériner cet abus, il fallait le feu vert de la commission des affaires juridiques du Parlement européen, dans laquelle je siège. Elle a donc été réunie le 15 juillet et aurait sans problème donné son blanc-seing si je n’avais pas protesté avec véhémence. J’ai en effet accusé l’UE – sans être contredit – de chercher à nommer deux commissaires fantômes dans le seul but de les faire bénéficier à vie de somptueuses retraites d’anciens commissaires. Et pour faire bonne mesure, j’ai menacé de tenir une conférence de presse sur ce scandale si la commission des affaires juridiques le cautionnait.

            Ladite commission s’est alors décidée à ne rien décider, renvoyant prudemment l’affaire à sa réunion du 3 septembre. Le 3 septembre – divine surprise ! – elle a refusé à la majorité de ses membres de donner son feu vert à la nomination des deux commissaires fantômes.

            Bloquées par ce refus, l’Estonie et la Roumanie viennent donc d’annoncer qu’elles renonçaient à leur projet.

            Ce qui s’est passé dans cette affaire est un bel exemple de l’efficacité des eurodéputés RN : même minoritaires, ils arrivent à faire triompher leur point de vue lorsqu’ils se battent pour de justes causes !

               

 

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.