Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Interdiction de certains fruits et légumes bio en hiver : c’est encore aux producteurs français de trinquer !

07 Jan Interdiction de certains fruits et légumes bio en hiver : c’est encore aux producteurs français de trinquer !

                La mesure adoptée le 21 décembre dernier par le Comité national d’Agriculture biologique, bien que discrète, n’en reste pas moins inquiétante pour la filière Bio française. Elle vient en effet d’interdire la commercialisation des fruits et légumes d’été cultivés en France sous serres chauffées durant la période hivernale.
 

                Je comprends la nécessité de tenir compte de la dépense énergétique que représente le chauffage des serres. Mais je dénonce la réponse totalement incohérente apportée par les autorités décisionnaires, car cette interdiction ne s’applique évidemment pas aux produits cultivés sous serres à l’étranger.
 

                Loin de régler le moindre problème environnemental, cette mesure ne servira qu’à mettre en difficulté les capacités de productions d’un secteur en construction. Par exemple, alors que 78% des tomates Bio présentes sur nos étals viennent déjà de l’étranger, nous nous exposons délibérément au risque d’accroissement des importations des produits concernés. Ce seront désormais 90% des tomates Bio consommées en France qui proviendront de pays dont les normes de production sont bien moins restrictives.
 

                Au sein de la commission de l’Agriculture du Parlement européen, je me bats pour une cohérence d’ensemble des solutions apportées aux défis de notre alimentation : sensibilisons le consommateur pour qu’il puisse choisir des produits saisonniers et locaux ; encourageons les filières vertueuses, comme celle de l’agriculture biologique, au lieu de les punir ; et cessons d’importer une agriculture dont nous ne voulons pas !

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.