Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Sanction des vins français et européens : L’UE dépassée !

Agriculture : la fausse stupéfaction du socialiste Éric ANDRIEU

18 Fév Sanction des vins français et européens : L’UE dépassée !

Les sanctions commerciales annoncées par Donald Trump sur le vin européen sont en vigueur depuis le 18 octobre dernier. C’est désormais une taxe systématique de 25% qui s’applique à nos produits viticoles, dès leur entrée sur le territoire américain. On estime les pertes pour les vignerons français à 300 millions d’euros par an.

Je suis allé à la rencontre de viticulteurs européens, dans le cadre de l’intergroupe parlementaire consacré au vin, afin de me rendre compte de la réalité concrète de ces sanctions. Les réactions ont été unanimes : ce conflit commercial met en grave danger toute notre filière viticole.

L’Union européenne, dans cette affaire, fait une nouvelle fois preuve de son incompétence quant à la prévention diplomatique et à la gestion des conflits commerciaux.

Dans un premier temps, c’est son incapacité à empêcher les sanctions qui a conduit l’administration américaine à nous imposer une telle situation. Il est scandaleux de constater qu’un différend économique portant sur l’industrie aéronautique puisse à ce point impacter toute notre économie agricole. Force est de constater que nos produits agroalimentaires, pourtant sensibles, sont encore et toujours utilisés comme une monnaie d’échange dans des conflits qui ne les concernent pas.

Dans un second temps, c’est son incapacité de réaction qui en a aggravé les conséquences. J’ai envoyé une question en urgence à la Commission pour lui demander comment elle comptait faire face. Alors qu’elle aurait dû activer immédiatement les réserves financières disponibles en cas de crise, elle s’est contentée de prendre des mesures purement techniques, très loin d’être à la hauteur des enjeux.

Encore aujourd’hui, nous ne savons rien sur les perspectives d’avenir de l’exportation de nos vins européens, qui tendent à s’assombrir. Je refuse cette situation et continuerai d’affirmer, en commission Agriculture au Parlement européen, mon soutien total à ce secteur essentiel de notre agriculture !

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.