Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Avenir de l’Europe : les patries en danger !

Agriculture : la fausse stupéfaction du socialiste Éric ANDRIEU

26 Nov Avenir de l’Europe : les patries en danger !

Le Parlement européen a voté le 25 novembre, à une majorité écrasante de 468 voix contre 194, le rapport Durand qui contient diverses propositions pour “renforcer la démocratie européenne”. Bien loin d’atteindre ce bel objectif, ce texte dévoie tant la démocratie que l’idée d’Europe.
Il dresse d’abord un bilan mensonger des élections européennes de 2019 en estimant que le taux record de participation qu’on y a observé (50,66% dans toute l’UE) s’explique par l’adhésion des électeurs à l’intégration européenne. C’est évidemment commettre un déni de réalité : si la participation a été aussi importante, c’est au contraire parce que les patriotes se sont déplacés en masses pour manifester leur défiance envers l’UE. Ils ont d’ailleurs porté en tête les listes “populistes” dans plusieurs pays comme la France, l’Italie, la Pologne et la Hongrie.
Déjà échaudés par le Brexit, les européistes sont en réalité paniqués. Plutôt que d’adapter la construction européenne à la volonté des peuples, ils continuent leur fuite en avant. Le rapport Durand est l’expression de cette politique de l’autruche. Il propose de créer au-dessus des nations un mythique peuple européen en plaçant les futures élections européennes de 2024 dans un carcan centralisateur, avec substitution des partis politiques européens (que presque personne ne connaît) aux partis politiques nationaux, création de listes transnationales, création d’un droit électoral unifié et d’une autorité électorale européenne, et obligation pour les électeurs de participer à la désignation du président de la Commission de Bruxelles !
Et sur le plan institutionnel, ce rapport confirme nos pires craintes en proposant de renforcer le rôle politique de la Commission au détriment de celui du Conseil, composé pourtant des chefs d’Etat ou de gouvernement, qui serait transformé en une “seconde chambre de l’Union”, c’est-à-dire en une sorte de Sénat !
Il est désormais clair que la caste européiste ne se contentera pas de bâtir un Etat fédéral européen. Son véritable objectif est de nous mener à marche forcée vers un Etat européen centralisé qui décidera de tout sans aucun respect de la démocratie, qui n’a de sens que dans le cadre d’une nation, ni de la civilisation européenne, qui suppose la prise en compte de la diversité des peuples dont elle est issue.
Rien n’est toutefois perdu car l’heure est plus que jamais au réveil des nations. Vous pouvez compter sur le RN, et sur ses alliés du groupe Identité et Démocratie, pour mener le nécessaire combat de résistance !

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.