Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Étudiants en détresse : le président Macron doit agir !

Agriculture : la fausse stupéfaction du socialiste Éric ANDRIEU

20 Jan Étudiants en détresse : le président Macron doit agir !

Les étudiants sont doublement victimes de la pandémie de coronavirus. Ils ont perdu les jobs et stages rémunérés qui leur permettaient de financer leurs études. Et depuis le début du mois de novembre, ils n’ont plus aucun cours en présence de leurs professeurs et éprouvent souvent un sentiment d’isolement et d’abandon.

Ils sont pourtant les grands oubliés des mesures annoncées par le Premier ministre le 14 janvier. Jean Castex a juste autorisé les étudiants de première année de licence à revenir par demi-groupes aux séances de travaux dirigés à partir du 25 janvier, solution mi-chèvre mi-chou qui pose d’ailleurs beaucoup de problèmes d’organisation aux universités.

C’est évidemment trop peu, et le mécontentement des étudiants grandit à juste titre. Pourtant, le président Macron ne veut rien entendre : « il va falloir encore tenir » a-t-il sèchement répondu à une étudiante qui l’interpellait la semaine dernière. Quant à la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, elle brille par son absence. Paradoxalement, c’est la première dame, Brigitte Macron, qui semble avoir le mieux pris conscience de la situation en avouant publiquement, ce 20 janvier, qu’elle espérait « une certaine reprise des cours, assez rapidement ».

Le président Macron doit cesser de faire des étudiants les victimes expiatoires de son incapacité à gérer rationnellement la crise sanitaire. Il doit tous les autoriser – et pas seulement ceux de première année – à revenir dans leurs universités suivre leurs cours et leurs travaux dirigés. Cette autorisation devra bien sûr être assortie du respect d’un protocole sanitaire permettant d’éviter les risques de contamination, protocole que les universités sont prêtes à mettre en œuvre.

Agissez, Monsieur le Président, n’abandonnez pas les étudiants !

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.