Suivez-nous
Twitter


Facebook

[efb_likebox fanpage_url=”gilleslebreton.fn” box_width=”250″ box_height=”325″ colorscheme=”light” locale=”fr_FR” responsive=”0″ show_faces=”1″ show_header=”1″ show_stream=”0″ show_border=”1″ ]

Internet : le double discours de l’UE sur la liberté d’expression.

Agriculture : la fausse stupéfaction du socialiste Éric ANDRIEU

11 Fév Internet : le double discours de l’UE sur la liberté d’expression.

Les plateformes de médias sociaux, comme Facebook ou Twitter, se sont arrogé le pouvoir exorbitant de réguler la liberté d’expression sur internet. Beaucoup de Français en ont fait l’expérience à leurs dépens, en subissant le blocage arbitraire de leurs comptes. Donald Trump a lui-même été victime de cette censure, alors même qu’il était président des États-Unis.

Cette situation inquiète à juste titre le Parlement européen. Non content d’avoir voté le 20 octobre 2020 une résolution sur ce sujet, il vient d’y consacrer à nouveau, le 10 février 2021, tout un après-midi de débats.

Hélas, comme souvent avec l’UE, ce qui résulte de son travail de réflexion est inquiétant. Le Parlement européen tient un double discours : sous prétexte de vouloir empêcher les plateformes de continuer leurs agissements arbitraires, il veut transférer leur pouvoir de censure à la Commission de Bruxelles.

Beaucoup d’eurodéputés ont ainsi expliqué qu’il fallait que l’UE règlemente la liberté d’expression sur internet pour y censurer les « discours de haine » et les « fake news ».

En ce qui concerne les discours de haine, l’objectif est assez clair : il a été dévoilé par l’eurodéputée d’extrême-gauche Sira Rego qui a demandé expressément la censure de Matteo Salvini, Marine Le Pen, Viktor Orban et de tous leurs amis « fascistes ».

Quant à la condamnation des fake news, elle semble ouvrir la voie à la censure des critiques les plus virulentes, d’où qu’elles viennent, des politiques de l’UE. La Commissaire Jourova nous en a donné un hors d’œuvre assez édifiant en révélant, en conclusion des débats, que la Commission venait de signer un accord avec Twitter et consorts pour censurer sur internet toutes les fake news en matière de vaccination !

L’avenir de la liberté d’expression sur internet est donc très incertain. Avec le groupe Identité et Démocratie, je m’efforcerai de convaincre une majorité d’eurodéputés de voter un texte arrachant aux plateformes leur pouvoir de censure, mais résistant à la tentation de transférer celui-ci à la Commission. Dans un système authentiquement respectueux de la liberté d’expression, seul un pouvoir judiciaire national indépendant devrait avoir le droit de décider en dernier ressort de supprimer un contenu sur internet.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.